home slide
1/18 - HUMANOPTÈRE - Cie La Main de l'Homme
home slide
2/18 - BRÛLENT NOS CŒURS INSOUMIS - Cie Christian et François Ben Aïm
home slide
3/18 - BRÛLENT NOS CŒURS INSOUMIS - Cie Christian et François Ben Aïm
home slide
4/18 - IMPROVISATION - David Saraiva
home slide
5/18 - NÄSS (Les Gens) - Cie Massala
home slide
6/18 - NÄSS (Les Gens) - Cie Massala
home slide
7/18 - NÄSS (Les Gens) - Cie Massala
home slide
8/18 - IMPROVISATION - David Saraiva
home slide
9/18 - NÄSS (Les Gens) - Cie Massala
home slide
10/18 - NÄSS (Les Gens) - Cie Massala
home slide
11/18 - NÄSS (Les Gens) - Cie Massala
home slide
12/18 - HUMANOPTÈRE - Cie La Main de l'Homme
home slide
13/18 - BRÛLENT NOS CŒURS INSOUMIS - Cie Christian et François Ben Aïm
home slide
14/18 - BRUIT DE COULOIR - Cie La Main de l'Homme
home slide
15/18 - NÄSS (Les Gens) - Cie Massala
home slide
16/18 - BRUIT DE COULOIR - Cie La Main de l'Homme
home slide
17/18 - Expo / Commanderie des Templiers (Élancourt) janvier 2019
home slide
18/18 - Expo / Commanderie des Templiers (Élancourt) janvier 2019
prev
prewiev image

next
prewiev image

MEMENTO CORPUS




Le travail photographique de Dan Ramaën a ceci de commun avec la musique que, si la musique est un déplacement de l'air, ce qui est ici à l'œuvre est un déplacement de lumière. Une succession d'états qui, tout en s'annulant, construisent une autre image qui déborde d'elle-même et s'embrase dans une abstraction où il n'est plus question que d'énergie, de mouvement et de lumière.
Dans une rangée d'arbres immobiles, un visage endormi ou le marbre d'une statue, Dan Ramaën impulse toujours un mouvement intérieur, un tremblement, un glissement, une caresse qui ne fait jamais de ses photographies un instant suspendu mais plutôt un état vibratoire.
C'est probablement pour cela que l'on trouve une telle porosité entre ses photos et ses films et qu'il semble passer de l'un à l'autre comme s'il s'agissait pour lui d'une même discipline. Comme dans la musique, ses photos commencent où les mots s'arrêtent. Car si Dan Ramaën développe un intérêt profond pour ses sujets et semble vouloir d'abord comprendre de façon très intense ce qu'il photographie, c'est pour aussitôt se laisser submerger par un mystère et par tout ce qui échappe à la compréhension, par tout ce qui n'aura pas été dit.
Dan Ramaën dévoile ce qui tremble, l'aura du monde, la vibration des choses. Il fait de l'immobile une musique silencieuse et du mouvement un poème sculpté. Saisissant tout ce qui aura été tu mais qui aura été mû.

Olivier MELLANO




Production La Commanderie - Arts visuels / Saint-Quentin-en-Yvelines 2019